Et si j’arrêtais la pilule ?

Qu’on se le dise quand même pour commencer, la pilule a beaucoup d’avantages, ou du moins de gros avantages qui ont fait que j’y suis restée accro longtemps, notamment le fait d’avoir des cycles réguliers (quasiment à heure fixe), sans douleurs et d’être un moyen de contraception très fiable si on ne l’oubli pas et sans prise de tête. Mais elle a aussi beaucoup d’inconvénients qui ont fini de me convaincre de l’abandonner.

Donc voilà, j’ai enfin passé le cap, depuis le temps que j’y pensais (plus d’un an), j’ai arrêté après 10 ans de vie commune ! Alors non par contre, je ne souhaite pas encore devenir maman, mais j’en ai eu assez de m’empoisonner le corps et par la même occasion d’empoisonner l’environnement, les rivières, les petits poissons, tout ça tout ça.

Et je vous raconte tout, 10 mois après !

Bilan de 10 mois sans pilule

Prise de conscience

Je vous avouerais que je n’étais pas vraiment sereine à cette idée d’abandonner ma précieuse pilule, certes pour l’environnement ça ne peut être que mieux mais honnêtement, j’avais assez peur, notamment de retrouver les règles douloureuses que j’avais avant (premier raison de prise de pilule chez moi) et qui me rendaient malade (vomissements, contractions intenses, vertiges, etc.), d’avoir des cycles anarchiques et bien sur, de tomber enceinte. La pilule c’est plutôt la solution facile que te propose ton gynéco à 15 ans sans même te proposer les alternatives, sans t’expliquer comment cela fonctionne mais qui a tout de même un taux de grossesses non-planifiées très faible. Dans ma famille, ça a un peu été vu par les femmes à l’époque (génération des années 70) comme le Saint-Graal libérateur de cet élément incontrôlable pour la femme qu’est le fonctionnement de son propre corps. Je n’ai donc absolument pas remis en cause la prise de la pilule durant des années, je vivais très bien avec même, aucun effet indésirable visible (style acné ou prise de poids), des prises de sang impeccables, plus de maux de ventre, un cycle réglé quasiment à l’heure près, une méthode de contraception fiable, etc. bref’, la tranquillité absolue !

Dit comme ça, on pourrait croire que je vénérais la pilule sauf que voilà, je l’ai arrêté. Vous vous doutez donc bien que si je l’ai arrêté, c’est qu’en y réfléchissant bien, j’ai finalement trouvé plus d’inconvénients que d’avantages.

Tout d’abord, ma première prise de conscience a été son impact environnemental. Plusieurs études ont montré que certains composants de la pilule se retrouvaient dans nos rivières à cause du fait qu’ils ne sont pas pris en charge lors du traitement des eaux usées (celles de vos toilettes en somme) car cela serait trop coûteux. Ces composants auraient un impact sur la santé des animaux et notamment des poissons, en modifiant leur reproduction et en augmentant le nombre de femelles. La pilule n’est pas la seule responsable, d’autres médicaments sont également en cause ainsi que plus largement les perturbateurs endocriniens que l’on retrouve maintenant un peu partout.

A partir de là, j’ai commencé à réfléchir à une solution alternative. Si l’on veut bannir les hormones, déjà, il reste beaucoup moins de choix qui s’offre à vous. Ne voulant pas opter pour des solutions jetables à chaque rapport, il me restait encore moins d’options. J’ai donc pris rendez-vous avec une sage-femme et j’en ai un peu parlé à mon médecin traitant également.

Ma deuxième prise de conscience a été pour ma santé. Déjà, avec le scandale qui avait éclaté en 2013 sur les pilules de 3ème et 4ème génération et le risque d’accroissement d’accidents cardio-vasculaires, j’étais revenue à une pilule de 2ème génération. Ensuite, lorsqu’on commence à changer son mode de vie, en réfléchissant à l’impact qu’il peut avoir sur notre environnement, petit à petit, on en vient inévitablement à se poser la question des médicaments et autres traitements comme la pilule. Cela me semblait de plus en plus contradictoire de manger bio, local, sain, zéro déchets et d’à côté donner à mon corps autant d’hormones néfastes pour lui et l’environnement. J’avais l’impression de l’empoisonner, sans trop savoir avec quoi en plus. En terme de santé justement, j’ai également eu pas mal de petits problèmes ces derniers temps et beaucoup pouvaient être reliés à la pilule (pas obligatoirement bien entendu). Parmi eux : maux de tête, fatigue permanente, maux de ventre, humeur yoyo, déprime passagère, libido à 0, etc.

J’ai également un peu redécouvert le fonctionnement de mon corps, partie que j’avais totalement occulté de mon esprit depuis 10 ans. Par exemple le fait que sous pilule, cela maintient le corps dans un état comparable au premier stade de grossesse, le cycle est donc artificiel et non pas naturel étant donné que le corps n’ovule pas.

D’un point de vue pratique, j’étais régulièrement en stress, à ne pas savoir si je l’avais prise ou non, à devoir y penser quand je partais dormir ailleurs, etc. De plus, je commençais à oublier ma pilule de plus en plus souvent (alors qu’avant non), malgré le rappel sur mon téléphone, puis le deuxième et même jusqu’à trois par jour à la fin.  Je pense que mon corps voulait me faire passer un message comme ça.

 

Se lancer

Donc après avoir peser le pour et le contre, me voici un beau matin de février à me dire, ça y est, à un moment il faut se lancer, c’est le moment ! J’avais inscrit ce défi sur ma liste de défis pour 2017 et je me suis dit pourquoi attendre plus longtemps pour commencer ? Sur les conseils de ma sage-femme et de plusieurs autres personnes, j’ai donc fini tranquillement ma plaquette en cours et hop, direction poubelle. Et bien, vous me croirez ou pas, mais rien que le geste m’a déjà libéré l’esprit !

Je ne peux pas encore vous faire un bilan des améliorations sur la santé pour le moment, même si en 10 mois, certaines choses se sont améliorées mais ce n’est pas uniquement lié à l’arrêt de la pilule, donc difficile de dire ce que cela a changé concrètement. D’autant que les hormones contenus dans la pilule peuvent mettre jusqu’à plus d’un an pour disparaître du corps. Ce que je peux simplement dire c’est que j’ai moins de maux de tête et je suis moins fatiguée, j’ai moins de maux de ventre (mais j’ai aussi changé un peu d’alimentation) et l’humeur yoyo est plus prévisible (liée au cycle).

Si je vous fais un rapide historique des 10 mois :

  • Mois 1 à 4 : cycles réguliers (26 à 29 jours), pas de douleurs, presque comme si j’avais pris la pilule, retour de l’acné.
  • Mois 5 et 6 : cycles très irréguliers (23 à 32 jours), quelques douleurs, pic d’acné.
  • Mois 7 à 10 : cycles relativement réguliers (27 à 30 jours), retour des douleurs d’avant pilule (malaises et compagnie), disparition de l’acné (alors qu’avec la pilule j’en avais encore un peu).

J’ai par ailleurs consulté pour ces règles douloureuses, mon médecin m’a proposé plusieurs pistes de solutions naturelles, je vous ferais peut être un article dessus.

 

Bilan

Pour le moment, les avantages (pour l’environnement, ma santé, mon corps) l’emportent largement sur les inconvénients. Le seul vrai inconvénient au final c’est d’avoir retrouver des règles très douloureuses mais je travaille encore dessus donc je finirais par trouver une solution !

Si vous souhaitez arrêter la pilule, voici les conseils que l’on m’a donné dans un premier temps :

  • finir la plaquette en cours pour ne pas « trop » chambouler le corps et entamer un cycle nouveau,
  • aider le corps à se détoxifier des hormones restantes plus rapidement notamment en entamant une petite cure de détox du foie. D’ailleurs, même si vous n’arrêtez pas la pilule, cela peut être bénéfique. Bon je ne suis pas médecin, je n’ai pas fait de longue recherches sur le sujet donc je vous livre simplement les conseils de mon médecin, de mon osthéo et de ma sage femme : boire beaucoup d’une façon générale (de l’eau bien sur, je vous vois venir !) et avaler le jus d’un demi-citron avec un peu d’eau à jeun le matin (en cure de 10 jours environ),
  • être patiente, les cycles « réguliers » peuvent mettre du temps à revenir (voir ne pas vraiment revenir même chez certaines),
  • réfléchir à quelle contraception adopter ensuite si vous ne souhaitez pas tomber enceinte.

 

Dans un prochain article je vous parlerais du moyen de contraception naturel pour lequel j’ai opté !

 

Et vous, vous avez pris la pilule aussi ? Longtemps ? Vous la prenez encore ? Vous voulez arrêter ?

* N’oubliez pas, chaque geste compte *

Pour me suivre sur Facebook c’est par ici !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s